Rechercher
  • François

TÉMOIGNAGE BOULEVERSANT🧬 - « Tout va bien », Agathe Auproux, 2019.

Ce n'est pas un roman. Ce n'est pas inventé. C'est une triste réalité qui donne envie de pousser les portes, de ne jamais baisser les bras et d'y croire. Un récit qui touche, qui vous mettra en colère. Vous compatirez, vous sourirez aussi.


En France, on la connaît pour être devant les caméras, autour de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste ! et dans Balance ton post sur C8. Je ne la connaissais pas avant d'avoir son récit entre les mains.

Je la lis, je l'écoute, j'apprends à la connaître à travers cette terrible maladie. J'aurais aimé la connaître d'une autre façon sans doute. Mais ça fait partie d'elle, inéluctablement. Maladie salope.

Agathe est âgée de 27 ans en septembre 2018 lorsqu'on lui diagnostique, après de nombreux rendez-vous, un cancer. Un lymphome pour être précis. D’après les chiffres de l’association France Lymphome Espoir, la maladie de Hodgkin représente 15% de tous les lymphomes et seulement 1% de tous les cancers. Elle survient chez environ 3 ou 4 personnes sur 100 000 chaque année. Elle est considérée comme une maladie relativement rare. Saloperie de maladie.

Agathe entame un protocole dur, rempli de douleurs. La chimiothérapie. Elle a la phobie des aiguilles. Obnubilée par la perte de ses cheveux et son cathéter. Forte. Forte devant les gens qui la reconnaissent, dans les couloirs de l'hôpital. Forte devant les caméras. Forte sur les réseaux sociaux. Forte pour les marques avec lesquelles elle travaille. Forte pour supporter ce foutu casque.

Un combat. Une mise à nu. C'est avec une publication sur Instagram qu'elle annonce sa maladie. Suite à cette vague d'amour et ces messages reçus, elle décide d'écrire le passage le plus douloureux de sa vie.

Vous pourrez dire que c'est toujours plus facile de parler de ce genre de choses lorsqu'on est médiatisé, certes. Agathe répond ici à toutes les questions, ou presque, lève le voile pour tous ceux qui sont dans le même combat. Et pas que.