Rechercher
  • François

SÉLECTION PRIX FILIGRANES 2019 🏆- « Le Schmock », Franz-Olivier Giesbert, 2019.

« Malgré toutes mes lectures sur la période hitlérienne, je n'ai jamais réussi à comprendre pourquoi tant d'Allemands "bien", respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir. Par quelle aberration, à cause de quelles complaisances, quelles lâchetés, le nazisme fut-il possible ? Qu'était-il arrivé à ce grand pays de musiciens, de philosophes et de poètes ? »

En Yiddish, le schmock est un terme signifiant à la fois pénis, con et salaud. C'est de cette manière que le père de Franz-Olivier Giesbert appelait Hitler. Comment tout cela a pu se produire ? À quelles fins le nazisme, le pire, l'indicible fut possible ? C'est à travers un mélange entre cette réalité passée et fiction que l'auteur conte l'effroyable. Entre confessions, précisions et faits révélés, la montée du nazisme en Allemagne est au cœur de ce récit. La fiction prend place par le biais de l'amitié entre les Gottsahl et les Weinberger : deux familles munichoises qui traversent les deux guerres et qui se lient d'amitié. Ils résisteront, ensemble, face à cette toute-puissance du nazisme. Alors qu'il était peintre, le mal était déjà en lui. Envahi. Hitler, roi des pires manipulations, parfait orateur, pervers incollable face au peuple allemand. L'histoire de l'un des hommes les plus détestés au monde, de son ascension, mais pas que. Je dois vous dire que je n'ai pas du tout accroché avec ce récit, loin de plaire au plus grand nombre. Je comprends peut-être pourquoi il n'a pas été fort prisé par les réseaux sociaux. Vite lassé des personnages, et par le sujet principal, loin de me passionner, j'ai continué tant bien que mal cette lecture jusqu'au bout. Au risque d'être (positivement) surpris. Et non. Pour moi, c'est un gros non. Tu l'as lu ? Connais-tu l'auteur ? Je suis curieux d’avoir vos avis !