Rechercher
  • François

SÉLECTION PRIX FILIGRANES 2019 🏆 - « Le marin de Casablanca », Charline Malaval, 2019.

« Ce qui me ronge le plus durement le cœur, ce n’est pas de penser à ce qu’il a été, mais à ce qu’il aurait pu être. »


D'un côté il y a Guillaume. Un beau, jeune, grand et chic gars, élevé bien gentiment. Félix l'a rencontré en 1936 quand ils faisaient leurs classes à Toulon, en école de la Marine. Deux gars du Nords, ils ne pouvaient que bien s'entendre. Guillaume est un cinéphile, féru de Jean Gabin.

Il voulait parcourir le monde, découvrir d'autres pays, naviguer à travers les océans, pour le plus grand désespoir de ses parents. Il voyait grand, il voyait loin.

Guillaume était un déterminé. Le roman s'ouvre sur la scène de son décès, il venait d'avoir vingt ans. Son ami Félix doit l'annoncer de la manière officielle. Il est mort suite à l'explosion du bateau La Railleuse dans des conditions douteuses. Est-il vraiment mort ?

D'un autre côté, il y a Loubna, la petite-fille, qui tente, 45 ans plus tard tente de savoir qui était son grand-père. Et de percer tous ses mystères. À côté de ça, elle rêve de créer sa propre salle de cinéma et rencontre un homme d'affaires riche qui pourrait peut-être l'aider à réaliser son rêve.

Une histoire familiale qui vous mènera entre le cinéma des années 30 et Casablanca. Un roman mystérieux, doux, rempli de secrets enfouis, une véritable escapade comme je peux les aimer. Un premier roman réussi que j'ai aimé découvrir dans le cadre de la sélection du Prix Filigranes.