Rechercher
  • François

RENC'ART LITTÉRAIRE - « Kaiser Karl », Raphaëlle Bacqué, 2019.

Dans l’intimité d’une des plus emblématiques figures de la mode. Je pense que je pourrai vous parler de ce livre pendant des heures. La première biographie sur Karl Lagerfeld, celui que tout le monde croyait connaître.


On le connaît pour sa panoplie : lunettes fumées, catogan, costume noir, haut col blanc, éventail. Pour sa froideur. Comme grand couturier et adorateur de la féminité. Pour avoir propulsé Claudia Schiffer et Baptiste Giabiconi. Pour ses décors grandioses lors de ses défilés au Grand Palais.

On n'oublie peut-être qu'avec Yves Saint-Laurent, ils étaient amis. Que c'est probablement le fait de fréquenter et de travailler avec Andy Warhol qui lui a donné l'aura qu'il avait. Leur folie commune, une similitude.

Mais Karl, c'est aussi une homme cultivé, polyglotte, original. Qui plaisait aux premiers instants. Qui enchaînait plusieurs repas pour rencontrer davantage de journalistes. Qui adorait le Pepsi glacé et les saucisses de Francfort lui rappelant son enfance.

C'était aussi un amoureux, un protecteur, un généreux. Un homme qui se levait à 5h chaque matin et qui dessinait pour ses collections jusque 9h. Il voulait devenir une icône planétaire.

Il pouvait propulser des carrières, en éteindre d'autres. Aduler certaines personnes, en virer. Il était adorable avec ses amis et ses fidèles, âpre et ombrageux avec les autres.

Comment est-il devenu le Kaiser de la mode au point d'en écraser le prince ? Qui était-il ? Raphaëlle Bacqué, aidée de témoins et références essentiels raconte Karl, pour la toute première fois.