Rechercher
  • François

PRIX FILIGRANES 2019 🏆 - « Où bat le cœur du monde », Philippe Hayat, 2019.

Un coup de cœur ultime, un livre qui rejoint mes grands livres à moi. Il y a quelques semaines encore, je n’arrivais pas à parler de ce roman.



Un roman musical qui vous fera swinger entre Tunis, Paris et New-York. Une pépite littéraire qui évoque l'espoir, l'ambition, la ségrégation raciale, la perte d'un être cher, les premiers amours, l'envie d'y croire mais surtout de monter aux autres ce que l'on est capable de faire.


2015. Ce soir, c'est le dernier concert de Darius Zaken ou Darry. Son épouse Dinah, la Noire, la fille de New York, l'a aimé sur l'instant. Lorsqu'elle donnait son corps au Mademoiselle dans le Bronx. Elle entendait sa musique, ses mélodies, sa clarinette. Derrière une cloison, le jazz inondait le tout, il jouait. On ne le voyait jamais.


Darius est né à Tunis, un gamin d'entre deux-guerres, dans une famille juive. Son père est libraire, sa mère Stella se bat pour que son fils puisse devenir quelqu'un comme elle voudrait. Suite à un fait dramatique, il perd sa voix, et a un handicap.


Des notes et des notes. Quand il jouait, sa mère se bouchait les oreilles. Elle ne voulait rien entendre. Un jour, il décide de partir pour la musique, faire battre son cœur encore plus fort. Car le jazz est sa vie.


Il est difficile pour moi de mettre des mots sur ce chef-d’œuvre. Un livre qui restera dans ma bibliothèque, à vie. Un roman incroyable qui fera battre votre de cœur de plus en plus fort. Dans ce roman il y a tout. Des beaux mots. Des envolées littéraires prodigieuses. Une palette de personnages plus attachants les uns que les autres. Une leçon de vie. Un récit qui vous fera passer du sourire aux larmes.


Vous l'avez compris, je suis heureux que ce livre ait remporté le Prix Filigranes, et parce qu'il mérite encore plus plus plus. Foncez.


« Les premières notes, n’oublie jamais, Darry. À la façon dont tu les lances, tu sauras. Et si elles te mènent où elles veulent, où tu n’es encore jamais allé, si elles te font oublier qui tu es, si elles t’étonnent et t’émerveillent, alors tu auras fait ton boulot de musicien. »