Rechercher
  • François

ENORME COUP DE CŒUR - « Les désaccordés », Joe Dunthorne, 2019.

Il faut que je vous parle de ce livre directement, sitôt terminé, je ne peux faire autrement. Dès la première phrase, je savais que ce livre allait me plaire, mais à ce point, non, je ne pensais pas.


Ray Morris est marié avec une femme dont le nom est même compliqué pour les Anglais, Garthene. Pour le meilleur et pour le pire. Garthene et Ray, sont tous deux tout à fait ordinaires. Elle est infirmière au sein d'un hôpital, section soins intensifs, lui est journaliste free-lance sur la toile. Ensemble, ils cherchent à tout prix une maison associant leurs goûts et moyens respectifs.


Ils ont des amis fidèles, chez qui ils passent de temps à autres des soirées à discuter, à boire, à s'amuser. Tous deux, ils vivent une vie assez banale et paisible jusque là.


Petit à petit, des désaccords tantôt plus graves que d'autres vont apparaître dans la vie de ce Ray, dans un décor londonien où émeutes et affrontements ont pris place. Tour à tour, il va être impliqué dans des situations loufoques au possible ce ; Impliqué dans ce scandale qui fragilise la capitale anglaise, recherché sur internet par le monde entier, ou encore recherché dans tout le pays, il tentera de fuir, de manière assez perspicace et par doses d'humour et de légèreté ces situations atypiques. Tel un bambin. Sans jamais vaciller.

Garthene est enceinte. La question de la parentalité se pose malgré lui. Comment devenir un père lorsque l'on a soi-même du mal à agir comme un adulte responsable ?


L'histoire d'un gars d'à peine trente ans qui essaye d'être un adulte et perçu comme tel. Un roman drôle, qui m'a très vite happé, subjugué, lu d'une traite que je regrette de ne peut-être pas avoir assez savouré. Quel plaisir de lecture incroyable. Cela faisait des années que je n'avais pas été tant immergé dans un roman. Je recommande, je recommande, je recommande.


« Le soleil divisait la rue principale en deux, un trottoir dans l'ombre, l'autre au soleil, et nous avons choisi le soleil. Il ne pleut jamais réellement à Londres. Les seules personnes qui pensent le contraire ne vivent pas ici. »