Rechercher
  • François

COUP DE CŒUR ❣ - « Photos d'un père », Philippe Beyvin, 2019.

Un sublime premier roman à lire immédiatement.

12 octobre 1984. Thomas a 14 ans depuis deux jours. Le pire des âges, d’après lui. En fin de journée, sa mère le prend à l’écart, assis à la petite table ronde de la cuisine. Elle lui dira d’abord qu’il est beau. Puis, elle lui annoncera comme ça, que son père n'est pas son véritable géniteur. Le résultat d'un coup d'un soir. Elle le laissera, avec sa sœur et une pizza surgelée.


Thomas est secoué par cette révélation et va se questionner sur ses origines, sa famille. Il accepte, sans chercher davantage ce secret de famille. Le lecteur est alors amené à le suivre à travers les années.

Un jour, grâce à une exposition, à un carton d'invitation et surtout à une rencontre avec une dame plus âgée, il découvre l'identité de son géniteur, Grégoire Tollian, l’un des meilleurs photojournalistes. Après de longues années sans recherches, Thomas décide de partir à la rencontre de son père quitte à se rendre au bout du monde et se surpasser.

L'absence d'un père est sans aucun doute le thème principal de ce récit bouleversant. Viennent se tisser en filigranes les années de conflits militaires, la guerre du Vietnam, le choc de la photographie. Le tout à travers la plume de Philippe Beyvin, magnifique, travaillée et sublimée à la fois à travers ce pouvoir des mots fulgurant.

Un livre qui se déguste, un coup de cœur incroyable placé dans la bibliothèque de ma vie.

« Pourquoi je mets tant d’efforts et d’impatience à me rendre dans des endroits que tant de gens cherchent à fuir ? Parce que j’ai la conviction que si je n’y vais pas, cette histoire-là ne sera pas racontée. Je fixe sur pellicule la vérité nue et elle est publiée, j’illustre les mensonges d’Etat. Et aussi parce que c’est grisant, le danger est grisant et je n’ai encore rien trouvé d’autre qui le soit autant. »

Et je m’étonne encore de ne pas voir ce roman davantage sur les réseaux sociaux.