Rechercher
  • François

COUP DE CŒUR 💓 - « Et ton cœur qui bat », Carène Ponte, 2020.

Un roman coup de cœur, juste pour vous donner le sourire et du baume au cœur. Une dose de positivité qui se déguste avec plaisir.


Roxane est une insomniaque qui travaille chez Voyag’Elles, qu’elle a créé avec une amie. C’est lors d’un voyage à Prague pour fêter l’obtention de leur master qu’elles ont eu l’idée de créer leur propre guide de voyages avec une vision un peu moins dépassée et plus féminine.



Sam s’occupe des aspects administratifs.

Roxane, de la partie blog et dévoile ses coups de cœur. Cette fois, elle part en Camargue et un chouette programme l’attend. Cette région va changer sa vie.


Elle séjourne dans un hôtel avec des chiens, tenu par Frédéric et sa fille de douze ans, Albane, qui rêve de devenir comédienne. Neige, un loulou de Poméranie, c’est pour Roxane. Elle n’a jamais dormi dans un hôtel comme celui-là.


Elle rencontre également Gwenole, un septuagénaire qui collectionne les cravates, le fameux propriétaire de ce beagle prénommé Oxford qui s’était fait écraser la patte par une valise. Un monsieur touchant, rempli d’humanité.


Cependant, tout n’est pas rose dans la vie de Roxane, un terrible drame l’a dévastée. Sa fille et son super tonton Xavier sont décédés lors d’un accident. Un procès suivra. Comment aller de l’avant ?


Une leçon d’équitation, une boutique originale, un complexe zen et detox mais pas seulement. Qu’est-ce que c’est bien la Camargue ! On y va ?


Vous aurez envie de (re)voir Le Diable s’habille en Prada et Roméo et Juliette, d’écouter Cotton Eye Joe et Edith Piaf.

Un roman sur le pardon, sur les étapes de la vie, rempli d’humanité. Qui vous fera aimer plus fort les gens qui vous sont chers. Un roman qui donne envie de croire en la vie malgré les embûches et les moments difficiles. Une histoire qui montre que la vie est belle, quoi qu’il en soit et qui fera battre votre cœur encore plus fort.


« Parce qu’on ne peut rien changer à ce qui s’est passé. Parce qu’on ne peut passer sa vie à se culpabiliser, à se dire qu’on aurait dû prendre d’autres décisions, au bout du compte la réalité sera toujours la même. »