Rechercher
  • François

COUP DE CŒUR - « Annabel », Kathleen Winter, 2014.

« Vous n'êtes pas le fils que votre père aurait voulu avoir. Un fils qui aurait maintenu la tradition familiale. Un trappeur du Labrador, déterminé et cultivé, solitaire mais sachant diriger une meute. Vous êtes au contraire ambigu, féminin, indécis. »

Une histoire d'hermaphrodisme au coeur du Labrador, au Canada, à la fin des années 60. Rien que ça. Jacinta et Treadway donnent vie à un enfant aux deux sexes. Wayne, c'est comme ça qu'il sera prénommé suite aux volontés du père d'avoir un fils et non une fille. En avant les opérations et les pilules. Pour lui, d'ailleurs, il ne faut pas que les autres soient au courant de cet enfant hermaphrodite. [En quoi la différence doit être un sujet tabou ?] Au fil du temps, le lecteur est amené à suivre l'évolution de Wayne jusqu'au moment où, en pleine adolescence, tout se révèle. Chacun de nous doit faire face. S'accepter tel qu'il est. Les autres aussi. C'est sans doute le message le plus fort et le plus important de ce livre que j'ai eu beaucoup de mal à fermer, selon moi. Au départ, j'ai eu énormément de mal à m'attacher à cette histoire, pourtant originale, ainsi qu’aux personnages. Au final, j'étais triste de quitter Wayne, son courage et son envie d'être lui. Une claque. Je suis sans doute passé par toutes les émotions avec ce roman de plus de 400 pages. Je fus même pris d'une colère assez forte lors d'une fameuse scène assez violente remplie de coups et blessures. Un roman profond, véritable hymne à la tolérance et à l'acceptation, simple, parfois nostalgique mais avant tout positif. Un véritable coup de cœur. « Je n'appellerais pas ça une maladie. J'appellerais ça une différence. Une différence signifie une tout autre manière d'être. ça pourrait être fantastique. ça pourrait être d'une incroyable beauté si les gens n'avaient pas si peur. » - Éditions 10/18, 480 pages.