Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Wittgenstein à l'aéroport », Husch Josten, 2018.

Est-ce de la chance ? Est-ce du hasard ? Caren, journaliste franco-britannique dans la trentaine a échappé de justesse à deux attentats sur le continent américain. Oui, oui, deux attentats, vous avez bien lu. Celui de l'effondrement des tours jumelles et celui qui a eu lieu lors du marathon de Boston.



On ouvre le livre et cette héroïne attend son avion pour Paris à l'aéroport de Londres mais... pas de chance pour elle... une alerte à la bombe met en péril son départ. Aucune information n'est donnée aux passagers. Ou presque.


Pour combler le temps, et afin de moins se sentir seule, elle décide de discuter et de faire connaissance avec son voisin de salle d'embarquement, un philosophe qui lit du Wittgenstein et qu'elle surnommera comme ça... Une histoire hors du temps où le destin et le hasard s'entremêlent et se confondent.


Comment est-ce possible ?, c'est sans doute la première question qu'on se pose. Elle a du cul, elle est cocue, ce n'est pas possible, c'est tout ce qu'on se dit.


Une histoire atypique, courte, originale, qui redonne espoir et qui donne envie de combattre ses peurs.


Le style d'écriture est tout de même assez complexe, j'ai parfois dû m'y reprendre à plusieurs fois et je ne suis d'ailleurs pas certain d'avoir tout compris.


Ce livre reste tout de même un livre que j'ai apprécié car je l'ai trouvé bien différent de ce qu'on pouvait lire aujourd'hui autour des attentats perpétrés.


« Le récit est le média de l'intelligence collective, la meilleure arme contre la peur, la seule contre la culpabilité. »