Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Une folie passagère », Nicolas Robin, 2019.

Quand j'étais petit, je rêvais de travailler dans les avions. Ne me demandez pas pourquoi. Je peux vous dire que Nicolas Robin a fait resurgir mon rêve d'enfant durant ces quelques pages.


Dès les premières pages, j'ai attaché ma ceinture et j'ai embarqué avec Bérengère pour Vancouver. Une femme de quarante ans, plutôt chic, hôtesse de l'air, qui doit être bien-comme-il-faut : chignon banane et petit costume de circonstance. Elle a plus de 12000 heures de vol à son actif.

La vie d'hôtesse de l'air, on le sait tous ou à peu près est sans doute compliquée pour avoir une véritable vie. Bérengère rêve de se marier, d'avoir des enfants, d'avoir sa propre famille.

Durant son voyage pour Vancouver, l'hôtesse est confrontée à tout type de passagers entre le gamin qui veut absolument un jus de pomme et l'homme qui lui parle comme une moins que rien. Rester digne en toute circonstance. Bien-comme-il-faut. C'est ce qu'elle prétendait.

Un très bon moment de lecture pour un voyage paisible, parsemé de quelques turbulences, d'instants loufoques, à lire. Un régal lu d’une traite entre Bruxelles et Paris. Je découvre Nicolas Robin avec ce roman, une chose est sûre, je continuerai de le lire lors de ses prochaines parutions. « Dans un avion, je tutoie le paradis, et en une fraction de seconde je suis plongée en enfer. »