Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Tu t'appelais Maria Schneider », Vanessa Schneider, 2018.

Le Tango mortel. Un récit que je voulais lire depuis un certain temps, qui m'a touché mais qui m'a surtout appris qui était Maria Schneider à travers les yeux de sa cousine qui l'aimait tant. Maria Schneider ou l’étoile éphémère, la superbe actrice aux cheveux bruns, des années 70.

Elle aimait Bach. Elle était partie au milieu des bulles et des éclats de rire, des visages aimants et des sourires pétillants. Debout, la tête haute, légèrement enivrée avec panache. Le champagne était leur boisson préférée, à toutes les deux.

Il pleut à Paris, Église Saint-Roch. Vanessa était assise derrière Alain Delon durant la cérémonie, assis au rang de la famille. Il a lu la lettre de Brigitte Bardot, incapable de se rendre. Les parrains de cinéma de Maria Schneider.

À 18 ans, elle dansait sans savoir ce qu’elle allait faire le lendemain. Elle portait des blousons de cuir et des minijupes. Ses cheveux étaient longs et bouclés. Elle n’avait pas 17 ans qu’elle vivait chez Brigitte Bardot. Adulée d’Alain Delon, elle a tourné aux côtés de Marlon Brando. Plus petite, elle voulait dessiner, devenir peintre.

Et pourtant, en une scène du film de Bernardo Bertolucci, "Le dernier tango à Paris", Maria Schneider est devenue une jeune femme scandaleuse. Une scène qui n'était pas écrite, qui a chamboulé toute sa vie, plongée entre drogue, alcool et enfermements.

Émouvant, c'est le mot qui colle le mieux à ce récit. Loin d'être du voyeurisme, c'est un témoignage rempli de pudeur et d'amour que nous offre Vanessa Schneider. Un #BalanceTonPorc et plus encore. Laissez les filles tranquilles.

« Parfois, au cours de rencontres familiales, tu faisais allusion à ce livre. Tu disais que tu n'étais pas encore prête, mais que nous le ferions un jour. Je faisais semblant de te croire, je me doutais que tu ne t'y résoudrais jamais. Je savais alors que je l'écrirais seule. Non pas ton histoire, qui t'appartient et dont je sais finalement si peu de choses, mais la nôtre. »