Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Paul, je m'appelle Paul », Lorenzo Cecchi, 2018.

« Porte d’entrée à gauche, vitrine étroite à droite. Derrière la vitre, une dame est assise sans jupe, en nuisette transparente qui ne cache pas sa petite culotte à froufrous. Son cou est ceint d’un boa en plumes roses. Elle fume négligemment une cigarette fichée au bout d’un long tuyau noir. »


Un roman touchant écrit par un auteur de chez moi, un livre que je conseille vivement. Je me rends compte de la chance que je peux avoir d’être né dans cette famille si merveilleuse.


Paul est un enfant rescapé d'une tragédie dans laquelle ses sœurs et ses parents sont décédés. Le monoxyde de carbone. Suite à cette perte, il ira vivre chez sa tante Armelle, la sœur de sa mère. Des baffes, il s'en ramassera.


Il sera élevé rue Varin, juste à côté de la gare des Guillemins, à Liège. Une rue où les néons scintillent et les femmes dansent en petite culotte lorsqu'elles ne sont pas occupées.🛏


Paul apprendra le métier de boucher, avec Léa, sa patronne. C'est avec elle qu'une relation sentimentale durera toute sa vie...


Inspiré d'une histoire vraie et en l'occurrence de la vie d'un homme politique qui a réellement existé, ce roman de Lorenzo Cecchi est un très beau roman que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. Des endroits que je connais bien, liégeois que je suis, et des personnages que je peux très bien imaginer.