Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Nous étions nés pour être heureux », Lionel Duroy, 2019.

Un récit sur les liens du sang, les liens du cœur. Sur la vie d’un écrivain qui avait perdu les siens. Jusqu’au jour où l’invitation s’immisce.


Un titre beau, évocateur, pour un roman familial sur les liens indéfectibles, ineffaçables. Un très beau roman signé du talentueux Lionel Duroy.

Cela fait maintenant des années que Paul fait de son histoire familiale et de son enfance chaotique le cœur de ses romans. Ces frères et sœurs ne comprennent pas. Ils n’ont jamais voulu que leurs vies soient révélées au grand jour. Ils ne lui ont plus parlé, ne l’ont plus revu. Durant des années.

Les enfants grandissent, des personnes s’en vont, d’autres arrivent, une famille en somme comme la vôtre, comme la mienne. Et le temps de la réconciliation pour Paul et les siens arrivent autour d’un déjeuner, chez lui, avec ses neuf frères et sœurs, leurs enfants, et ses deux ex-femmes.

J’avais comme l’impression de faire partie des leurs. D’écouter leurs histoires, tantôt tristes, tantôt réjouissante. Un verre de Chardonnay, s’il vous plaît. J’étais à l’écoute, avec une oreille attentive. Je trouvais ça touchant, tragique et réjouissant à la fois. C’était succulent, pour un déjeuner presque parfait.