Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Mémé dans les orties », Aurélie Valognes, 2016.

Mon premier Aurélie Valognes. Qu'est-ce que j'ai pu en entendre parler avant de le lire ! Ce livre à la couverture qui détient tout de la nappe de la table de la cuisine de chez ma grand-mère, c'était déjà pour me plaire.

Ferdinand, 83 ans est un type dont la méchanceté et l'aigreur n'ont pas de secret. Il ne sait même pas dire bonjour et établit ses propres lois.

8, rue Bonaparte. Après le décès de son ex-femme, ce grognon s'installe avec sa chienne Daisy dans un appartement d'une résidence où il croit pouvoir faire ce qu'il désire. Très vite, la concierge, Mme Suarez, ne va pas être ravie, elle le déteste et va bien lui faire savoir.

Sa chienne meurt accidentellement. Il tenait à elle plus qu'au reste. Il décide de faire pareil et se jette sous un bus mais s'en tire très bien. À défaut que sa fille le place en maison de retraite, Mme Suarez devra lui envoyer un compte-rendu chaque semaine concernant l'état de son père. Jubilation !

Ce livre, qui se lit très vite, est un combat entre la méchante et le ronchon. Un combat réussi qui m'a beaucoup fait rire malgré que les personnages soient assez caricaturaux. Une lecture légère, à l'écriture simple, qui peut être lu par tous.

« Le manque de chance n'à peut-être pas grand chose à voir avec tout ça, car Ferdinand n'est pas du genre facile à vivre. Il est comme sur un voltage différent, avec une logique bien à lui, le laissant totalement incompris du commun des mortels. »