Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Les Magnolias », Florent Oiseau, 2020.

Oui je sais, je suis désolé de vous avoir mis la chanson de Claude-François en tête, mais même quelques semaines après, je la chante encore. Ce livre est une petite douceur à lire. Y'a d'la joie.


Dans ce roman, on suit Alain, un pseudo-acteur raté qui ne joue pas grand chose. De la figuration, un cadavre pour une grande chaîne, beaucoup d'attente, de l'espoir et peu d'argent. Issu d'une famille où les monde artistique est inconnu, il n'a jamais été soutenu.

Chaque dimanche, il se rend aux Magnolias, la maison de retraite où sa mamy termine sa belle vie. C'est peut-être l'un des seuls à rendre visite dans cette maison de retraite. Prenez soin de vos aînés. S'il vient si souvent aussi, c'est parce qu'elle lui demande de l'aider à mourir. Une phrase qui chamboule totalement Alain et qui donnera d'autres perspectives à cette histoire aussi folle que tendre. Admirez le monde avec « Les Magnolias », écoutez Charles Trénet, déambulez en Renault Fuego, trouvez des noms de poney, voyez différemment les aires d'autoroute, questionnez vous sur votre quotidien et appréciez. « Parfois, la vie ne vous donne rien pendant des années, des décennies. Pas un trèfle à quatre feuilles, pas un Noël sous la neige, pas un billet de banque retrouvé dans une vieille veste. Aucune satisfaction, pas la moindre victoire, rien à manger pour l’ego. Elle ne vous donne tellement rien que vous pensez qu’elle vous a oublié. Et alors que vous ne l’attendez plus, elle vient vous éclairer dans la nuit de ses phares emplis d’espoir. »