Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📖 - « Le ciel par-dessus le toit », Natacha Appanah, 2019.

Un très beau roman de la rentrée littéraire sur les relations familiales, la différence, et la vie carcérale. Découvrez l'histoire de Phénix et ses deux enfants, Paloma et Loup. Un livre fort, à lire.

Que sommes nous prêts à faire pour notre famille ? Que laissons nous à nos propres enfants ?


C’est un pays où sont construites des prisons pour enfants. Pour qu’ils deviennent des adultes honnêtes, des gens qui filent droit. Ils ne pouvaient ni rire, ni sangloter. Aucune place à l’émotion n'était laissée.

Les prisons ont été détruites, pour certains c’est un joli square où se promener. Parfois en famille. « Un jardin sur d’anciennes larmes, des fleurs sur des morts, des rires sur des vieux chagrins ». Pour d’autres, le portail est synonyme de mémorial.

Dans ce pays, il y a un garçon du nom de Loup. Le plus doux et le plus étrange des fils. Un visage lisse, franc. Un petit gars qui inspire confiance. Attrapé tel une bête sauvage dans le fourgon de police. Pour une histoire de rouler sans le permis. Un frère qui voulait revoir sa sœur. Il sera un numéro d’écrou.

Il est très proche de sa sœur Paloma, qui ira lui rendre visite en prison. Quelques affaires pour s’habiller, un ou deux livres à prêter, un peu d’argent pour manger. Elle l’avait laissé dix ans plus tôt pour une part de forêt-noire.

Des histoires de familles éclatées, il y en a des tas. Celle-ci est juste divine. Une parenthèse littéraire à savourer.

« C’est étrange parfois comment l’esprit résiste à la chimie et à l’alcool, c’est curieux comme rien ne peut l’empêcher de tourner, de mélanger souvenirs et désire, peurs et joies, ciel et mer. »