Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Disparaître », Mathieu Menegaux, 2020.

Cher Mathieu, on devait se voir pour en parler. Un rendez-vous manqué à cause de ce covid-19. Saleté de virus. Mais avec vous, c'est une valeur sûre, depuis quelques années maintenant.



Un homme est retrouvé mort noyé à Nice par un joggeur. Le crâne rasé, les doigts brûlés. Est-ce un suicide ? Cet homme voulait disparaître de l'humanité, sans aucun doute.


Dans la capitale française, une jeune femme est retrouvée en bas de chez elle, dans le quartier de Montmarte. La fenêtre est ouverte quelques étages plus haut. Les passants sont subjugués. Un suicide. Elle voulait disparaître, sans aucun doute.


Les policiers mènent leurs enquêtes pendant que nous faisons connaissance avec Esther et que nous rencontrons l'univers impitoyables entre employés et employeur. Ici, la banque Richter&Co, avec Etienne comme directeur. Des journées, des nuits, des heures supplémentaires, des weekends pour des chiffres.


Quel est le lien entre ces personnes ? Comment disparaître de la société quand elle est sans cesse surveillée et pointée du doigt ? Est-ce si facile de disparaître ?

Un livre efficace, sans fioritures, qui vous happe et qui ne disparaîtra pas de votre esprit. « La tendance est là : dans un univers connecté vingt-quatre heures sur vingt-quatre, partout dans le monde, la frontière entre vie privée et vie professionnelle a volé en éclats. Répondre aux mails à n'importe quelle heure de jour et de la nuit, sept jours sur sept, est devenu un standard. »