Rechercher
  • François

CHRONIQUE 📝 - « Éden », Monica Sabolo, 2019.

Peur. Effroi. Cri. Frustration. Angoisse. Surprise. Joie. Un roman époustouflant, à l'écriture explosive, à lire. Éden, un mot que j'aime beaucoup. Ici loin d'être le paradis.


Bienvenue dans un monde lointain, jamais nommé. Où l'espère humaine massacre la nature. Où les hommes violent.

Nita, la narratrice, a fait la connaissance de Lucy il y a un an, sur les bancs de l'école.

Il y a peu de choses à dire sur Lucy. Une élève blanche, une blonde d'à peine quinze ans, qui n'a pas de petit ami et très peu d'amies. Elle se change dans les toilettes de l'école pour mettre des shorts et pulls moulants. Tout ça pour aller dans la forêt et y faire des choses.

Disparue depuis deux jours, son corps est retrouvé rempli de croûtes et de griffures, aux pieds d'un arbre. Un fait qui la laissera sans voix.

Cette agression est loin d'être la première. Que faut-il faire ? Comment se venger ? À qui en parler ?

Un roman mystérieux, envoûtant, qui rend mal à l'aise, mais qui se lit d'une traite. Avec une forêt inquiétante en toile de fond, ce roman aborde plusieurs thèmes comme le féminisme, la vengeance, la ségrégation ou encore la domination.

Un roman envoûtant, un coup de cœur de la rentrée. « L’esprit de la forêt était là, juste derrière le drap qui remuait dans l’air, tel un rideau ouvrant sur un autre monde. Il était là, entre le drap et le bois noir, avec une cape, un manteau végétal, ou des ailes de plumes soyeuses. Avançant très lentement, se déplaçant sans effort, paraissant flotter au-dessus du sol. Un esprit femelle avec de tout petits seins aux pointes roses. »